Retrouver sa sérénité.

Publié dans Psy en ligne par le

La remise en question.

Toute volonté d'aller mieux passe par une remise en question , dans une auto-critique constructive et positive.
Il faut absolument éviter de se déprécier inutilement, ce qui nuirait de plus à votre confiance en vous.
La remise en question est une sorte de déclic , de prise de conscience émotionnelle et intellectuelle. Ce que Jung appelait la synchronisation. Une prise de conscience général sur vous , votre entourage et votre vie en général.
Une véritable épiphanie..
Si vous souffrez, si vous êtes dans le mal être c'est que quelque chose n'a pas fonctionné d’où votre situation critique.
Vous devez analyser cette situation et vous posez des questions simples.
Quelle est la situation?.
Quelles sont les causes de cette situation?.
Quelles en sont les conséquences ?
Vous pouvez vous aider d'un stylo et d'un papier et faire une simple phrase pour chaque réponse et aller à l'essentiel , au plus important dans une synthèse épurée.
Si vous avez plusieurs situations vous devez les lister par ordre d'importance décroissant.
Ensuite , pour vraiment bien analyser ces situations douloureuses,
vous devez éviter les erreurs cognitives
https://www.psy-en-ligne.pro/mentalisation.html
Si vous voulez pour vous aider une fois que vous connaissez les tenant et les aboutissants : effectuez le tableau de Beck :https://www.psy-en-ligne.pro/tableau-tcc.html
Analyser les ou la situation , sachant que plusieurs situations aboutissent à une situation , votre mal être.
Il s'agit bien sûr des situations négatives.
Prenez la ou les situations séparément et posez vous les questions suivantes:
Quelles pensées négatives a t'elle fait naitre chez moi ?
Quelle croyance?
Listez les émotions négatives ressenties.
Ensuite, analyser la situation objectivement , sans émotions, intellectuellement, sans paranoïa , culpabilité ou autres sentiments négatifs.
Objectivez et positivez la situation.
Écrivez LA pensée rationnelle positive.
Exemple:
J'ai perdu mon emploi :-> situation
Licenciement économique :-> cause
J'ai des problèmes d'argent , je m'ennuie, je déprime:->conséquence
En fait, j'ai perdu mon emploi car je suis incompétent(e) , je me sent nul(le) :->pensées négatives
Honte, culpabilité, sentiment d'inutilité , tristesse:-> émotions négatives
Je ne vaux rien :->croyance
Ce licenciement m'ouvre des nouvelles possibilités , le prélude à une nouvelle vie plus heureuse. Je suis compétant(e) peu importe les raisons du licenciement.:->Pensée rationnelle positive.
Il y a toujours des aspects positifs à chaque situation si ce n'est pas le cas elles s'inscrivent dans la logique de la vie elle même.
Deuil, maladie etc. On prend souvent conscience de l'importance de la vie , de sa fragilité ,de sa beauté à ses occasions . C'est parce que nous vivons des moments parfois difficiles que nous ressentons parfois de la joie ou plus simplement l'absence de joie et de peine , la sérénité ,la quiétude qui sont en soi des moments de calme et de plénitude.Ce que les stoïciens ont nommé l’ataraxie. Se souvenir que l'erreur est notre meilleur maitre.
Que nous ne sommes rien de moins que des êtres humains et que l'erreur c'est à dire l'essai nous permets d'apprendre et de progresser
. Einstein disait , l'homme intelligent sait résoudre ses problèmes mais l'homme sage les évitent.
Il vous appartient aussi d'éviter les situations à problème.
Sénèque, philosophe stoïcien dans le même ordre d'idée considère que le sage ne possèdent rien à part sa sagesse et que c'est pour cela qu'il ne peut rien perdre. Epictête, lui aussi appartenant au stoïcisme considère que le problème, ce ne sont pas les choses qui nous entourent mais la manière de les interpréter :
actions de notre entourage , situations diverses.
Évitons d'y voir ce qu'il n'y a pas lieu d'être. Évitons les erreurs cognitives.
Évitons le clivage et la projection. N'attribuons pas aux autres nos propres pensées et actions.
Toujours se demander si ce n'est pas moi qui penserait et agirait comme cela. "Je" n'est pas égal à "tu".
L'autre est un mystère. Nos devons interpréter objectivement les signaux à notre disposition, pas plus. C'est cela une bonne mentalisation.
https://www.psy-en-ligne.pro/mentalisation.html
Notre cerveau ne"voit" les choses qu'en images, souvenirs et vues, ensuite notre inconscient ajoute une surcouche d'idées dont l'organisation forme des pensées. Il est évident que selon votre histoire, votre parcours de vie , vos différents traumas vous interprétez l'autre, vous l'imaginez, pour ne pas dire fantasmer.
De plus , comme le précise Allan Watts nous pensons dans notre langue maternelle selon sa syntaxe, son vocabulaire. Ainsi nous sommes prisonniers du sens des mots dont la signification varie selon les peuples et mêmes entre les individus d'une même culture. Nietzsche appelait à un nouveau langage conçu pour philosopher.
Ainsi nous sommes limités.
La chose que l'on nomme n'est pas la chose.
Aristote pense définir l'homme en affirmant "L'homme est un animal social", et il pense définir l'humain or comme nous apprend la pensée taoïste , le concept la définition est toujours fausse.
Un humain est tant de choses indéfinissables.
"Le cheval blanc" n'est pas un cheval il n'en est qu'une occurrence de cheval , la définition n'est pas la chose définie. Elle n'en est qu'une tentative qui avorte.
Ce qui est vraisemblable n'est pas forcement vrai.
La Femme n'existe pas mais une ou des femmes existent.
La définition n'est qu'une forme d'abstraction qui ne résiste pas à la réalité.
Lao tseu dit "le Tao que l'on nomme n'est pas le vrai Tao".
C'est lorsque l' on croit avoir défini une chose que celle ci nous échappe.
Platon avant chaque dialogue définissait les choses ensuite par un exercice de logique, l’euristique socratique il arrivait à une conclusion.
Dans le banquet, Il croit aboutir à une vérité et définir l'amour mais ses postulats sont faux.
Son monde des idées n'existe pas car l'amour en soi tel une forme absolue de l'amour n'existe pas. Ce n'est qu'un concept. Très proche d'une entité religieuse. Le monde des idées serait-il Dieu qui est amour? D'ailleurs, Platon est en fait un religieux se servant de la dialectique, de la philosophie. Il tend à démontrer que l'homme n'apprend rien mais se souvient. Socrate est un accoucheur d’âme. Or là aussi son postulat est faux.
Quand Socrate dit reprenant ce qui est écrit sur le fronton de la pythie de Delphes, "Je sais que je ne sais rien" il sous entend en réalité, ce que je sais je m'en souviens.
Pour Platon on apprend rien on se souvient. Des siècles de postulats comme autant de définitions qui aboutissent aux scepticismes....
Ce qui est logique n'est pas forcément vrai.
De plus le mode de penser occidentale repose sur la dualité.
Nous pensons en binaire , le bien contre le mal etc etc Il faut accepter d'affirmer :" Je ne sais pas" .Point, et essayer de penser au delà du binaire de la logique même.
La foi ou l’expérience mystique ne sont pas une affaire d'arguments bien agencées.
Ce n'est pas une plaidoirie d'avocat. C'est au delà de la pensée et c'est donc indéfinissable.
Quelqu'un qui croirait en Dieu grâce aux 5 preuves de Saint Thomas d'Aquin ne croirait pas en Dieu mais en Saint Thomas d’Aquin.
C'est tout le mode de penser occidental qui nous entraine vers l'erreur cognitive et vers le mal être. La psychanalyse n'est elle pas apparue en occident?
Ainsi, le paranoïaque a une argumentation parfaitement logique.
Dit- il pour autant la vérité?
Vous devez donc apprendre à penser différemment et avoir un but :
La paix intérieure et la paix extérieure et pour cela penser peu mais bien.
Absolument éviter la rumination mentale. Dans ce siècle du "tout psychanalyse" ou l’introspection est reine , vous devez éviter de réfléchir sans résultat concret. Votre pensée doit se traduire par une action.
La paix extérieure.
Nous vivons à une époque ou les gens n'ont jamais été aussi seuls et désemparés. La mode en est pourtant à se gargariser de philosophie pseudo bouddhiste( peu d'occidentaux maitrisent réellement les philosophies orientales , je défi tout le monde de lire et de comprendre le bardo thodol tibétain...)
On nous abreuve des termes "empathie" "altruisme" "compassion", Ignorant que ces notions sont déjà bien présentent dans" les" christianismes. Et que l'humanisme chrétien est à l'origine d'une partie de notre morale laïque. Un humanisme sans Dieu.
Il convient aussi de noter qu'une partie du bouddhisme se retrouve dans le stoïcisme et que le bouddhisme zen n'est que du bouddhisme tchan chinois issus de la rencontre entre les moines taoïstes et bouddhistes qui ne s'est pas passée sans heurs. Il est aussi attesté que Platon et Pythagore ont voyagé en Égypte antique et ont su y capté de nombreux secrets dont le fameux théorème , l'immortalité de l’âme etc. Il est très rare qu'on invente quelque chose...
Pour revenir à l'altruisme, les jusqu'au-boutiste de l'altruisme oublie que charité bien ordonné commence par sois même.
Pour aider efficacement quelqu'un , il faut soi même être serein et un minimum heureux.
Être seulement une oreille compatissante n'est pas aider l'autre mais au contraire l'enfermer dans ses erreurs cognitives et autres ruminations mentales. Il faut toujours proposer une solution.
Vous devez aider les gens qui déjà s'aident eux même.
Sinon vous allez y laisser beaucoup d’énergie.
De nombreuses personnes aident les autres par ennuie , pour éviter de se retrouver face à elles même et de devoir enfin agir.
Avant de prendre soin des autres, il faut savoir prendre soin de soi.
Et qui mieux que vous peut le faire?
Demandez-vous ce qui est important.
Simplifier votre vie.
Écouter votre intuition.
Suivez votre petite voix intérieure.
Faites enfin ce que vous voulez.
Les petits changement aboutissent aux grands changements.
et évitez donc les gens toxiques. Écoutez votre corps.
Écouter ces gens là, vous fatigue vraiment. Ce n'est pas qu'une expression.
C'est cela la paix extérieure.
Prendre soin de vous c'est commencer par vous affirmer.
Dire "je" et faire ce que vous voulez vraiment faire , ne plus vous laisser imposer des choses par les autres, uniquement par peur de déplaire et de n'être plus être aimé.
Comme le dit le philosophe chinois Tchouang tseu :"Quiconque pousse son affabilité à la soumission s'affaisse et tombe en ruine" .
Prendre soin de soi c'est être à son écoute et se faire plaisir.
Regarder son film préféré en toute tranquillité.
Déguster un carré de chocolat.
Prendre soi de soi c'est avoir des passions ,des centres d’intérêts.
C'est rechercher des solutions dans les philosophies , religions et autres spiritualités.
Écrivez simplement , mettez vous à peindre, lisez enfin ce roman qui vous attend depuis des mois.
Prendre soin de soi c'est faire comme le petit prince de Saint-Exupéry, c'est marcher tout doucement vers une fontaine...

Retrouver sa sérénité.
Average Rating: 4.3/5
Votes: 23
Reviews: 21

5